Image_accueil

En lien étroit avec ses partenaires industriels et académiques ainsi que ses anciens élèves, l’Option Physique et Applications forme des expertes et des experts de haut-niveau à même de répondre aux défis technologiques à venir.

La physique, par sa vocation à décrire au mieux possible de son temps l’univers, la matière qui la compose et les interactions en son sein, procure une formation généraliste. La façon de penser analytique qu’elle confère, transposable à tous les domaines qui intéressent l’ingénieur, permet aussi bien à nos élèves de s’insérer dans l’industrie, que de participer à l’essor des startups ou de faire de la recherche.

Pour cela, elle offre :

  • un tronc commun représentant un quart des heures d’enseignement,
  • un catalogue de plus d’une dizaine d’électifs,
  • un corps enseignant composé pour moitié d’intervenants extérieurs,
  • un projet d’option représentant deux à trois semaines,
  • près d’une semaine de travaux expérimentaux.

 
Enfin son emploi du temps spécialement aménagé permet à celles et ceux qui le souhaitent de parachever leurs études par la validation d’un master.

Responsable Option Physique et Applications
Thomas Antoni - Responsable de l'Option Physique et Applications thomas.antoni@centralesupelec.fr - 01 75 31 68 37

La formation

Pour tenir compte de la variété des cursus des élèves rejoignant l'option Physique et Applications, la formation débute par des cours de tronc commun, qui représentent moins du quart des enseignements, permettant à chacun de se mettre à niveau de la physique contemporaine. Cette période qui s'achève à la mi-novembre est également l'occasion de visites d'entreprises et laboratoires ainsi que d'une série de conférences permettant de découvrir l'état de l'art de la physique au 21e siècle. Ces moments sont également l'occasion de se créer un réseau en vue de trouver son stage de fin d'études.

Les bases étant acquises, les élèvent sont alors en mesure de colorer leur formation en suivant cinq électifs parmi la douzaine proposée dans le catalogue et d'effectuer un projet d'option à raison d'une à deux journées consécutives par semaine. En fonction de leurs appétences académiques et professionnelles, les élèves peuvent choisir un projet de 100h ou de 150h. Celles et ceux effectuant un projet de 100h (obligatoire pour les élèves suivant un master en parallèle) complètent leur formation par des approfondissements du tronc commun. Bien évidemment, l'étude de la physique ne saurait se passer d'une approche expérimentale, qui est abordée par des projets en laboratoires à plusieurs occasions dans l'année.

Les enseignements à l'École s'achèvent fin avril pour laisser place au stage de fin d'études qui se poursuit jusqu'à l'automne.

En résumé, l'année est approximativement divisée comme suit :

  • tronc commun : 20%,
  • visites et conférences : 10%,
  • électifs : 30%,
  • projet : 30%,
  • travaux pratiques : 10%.

À noter qu'une journée et demie par semaine sont réservées dans l'emploi du temps pour permettre aux élèves le souhaitant de suivre un des master avec lesquels nous avons établis des partenariats.

Le tronc commun

Suivis par tous les étudiants de l'option en début d'année, ces quatre cours représentent un socle indispensable à tout physicien. Ils forment un « kit de survie » essentiel à la compréhension des autres cours.

À l'exception de l'Atelier de Modélisation, ces cours comportent 15 heures d'enseignement, ainsi qu'un complément de 9 heures par cours pour les élèves souhaitant valider un Master en parallèle.

 

Interaction Matière-Rayonnement

Apporter le vocabulaire et les concepts essentiels à une compréhension des phénomènes liés aux processus de production de rayonnements et d’interactions rayonnement-matière (LASER - Rayons X - Neutrons). Une approche particulièrement phénoménologique est privilégiée en se basant sur nombre d’exemples tirés d’expériences marquantes.

Enseignants : Jean-Michel Gillet et Bruno Palpant.

 

Condensed Matter

Maîtriser les éléments essentiels permettant d’aborder la plupart des problèmes en physique de la matière condensée. Passer du solide cristallisé idéal à un solide fini et réel.

Enseignants : Igor Kornev et Brahim Dkhil (complément.)

 

Nonequilibrium statistical physics

Le cours revient sur les bases de la physique statistique à l'équilibre. On aborde ensuite les situations hors équilibre sous plusieurs angles : théorie de la réponse linéaire et théorème de fluctuation-dissipation, approche cinétique et équation de Boltzmann, introduction à la thermodynamique des phénomènes irréversibles. Le troisième tiers du cours est consacré à un approfondissement au choix : transport dans les solides ou transport dans les fluides.

Cours commun avec le Master « Nanosciences ».

Enseignant : Jean-Jacques Greffet.

 

Modélisation et simulation numérique

La simulation sur ordinateur est actuellement un outil indispensable de la recherche en physique. Elle peut être considérée comme une troisième voie scientifique, complémentaire des approches théoriques et expérimentales. L’objectif du cours est d’initier les élèves aux méthodes les plus courantes en simulation : dynamique moléculaire et Monte Carlo.

Cours commun avec le Master « Nanosciences ».

Enseignants : Hichem Dammak.

 

 

Les activités d'ouverture

L'apprentissage d'une activité professionnelle ne peut se limiter aux enseignements académiques. Les activités d'ouverture permettent aux étudiants de mieux découvrir le travail des physiciens – qu'ils soient ingénieurs ou chercheurs – et d’acquérir des savoir-faire professionnalisants.

 

Visites

Durant cinq demi-journées, la promotion se déplace sur les sites de nos partenaires et dans un laboratoire académique, afin de découvrir par eux-mêmes le quotidien d'ingénieurs et chercheurs physiciens dans des entreprises et des centres de recherche à la pointe des technologies actuelles.

Exemples de visites (année 2017-2018) :

    Centre technologique de Schlumberger,
    Commissariat à l'Énergie Atomique et aux Énergies Alternatives,
    Laboratoire Kastler Brossel,
    startup MirSense,
    Thales Research and Technology.

 

Conférences

En début d'année, les élèves assistent à huit conférences d'une heure données par des ingénieurs ou des chercheurs, leur permettant ainsi de découvrir les dernières avancées scientifiques et techniques.

Exemples de conférences (année 2017-2018) :

    Transport Quantique dans les matériaux 2D, Preden Roulleau, François Parmentier, CEA
    Optronique pour systèmes spatiaux, Guy-Maël de Naurois, ArianeGroup ;
    Circuits électriques quantiques, Daniel Estève, CEA ;
    Approches théoriques utilisees dans le domaine du graphene et des matériaux 2D et/ou de l'electronique moleculaire, Yannick Dappe, CEA ;
    Photoemission and Low energy electron imaging of functional oxides, Nick Barret, CEA ;
    Défauts & ruptures : les apports de la physique statistique, CEA ;
    Quantum cascade structures for mid-Infrared photonics, Alexandre Delga, III-V Lab ;
    Vacuum nanoelectronics at Thales : history and prospectives, Jean-Paul Mazellier, Thales.

 

Études de cas en Recherche et Développement

Au long de l'année, quatre séminaires de deux ou trois heures chacun seront présentés aux élèves par des ingénieurs en recherche et développement en entreprise.

Exemples :

    Le Sonar à Antenne Synthétique : de la recherche amont au produit. (F. Mosca, IXSEA)
    Dielectric measurement for oilfield applications. ( F. Legendre et J. Kherroubi, Schlumberger)
    The fight for innovation at NANOCARB Lab. ( P. Bondavalli, Thales)
    Electromagnetic-based devices. (E. Legendre, Schlumberger)

 

 

Les activités expérimentales


FabLab

L'ingénieur a de moins en moins besoin de faire appel à des solutions commerciales "sur étagère" pour ses besoins en prototypage. En effet les techniques de fabrication numérique et l'internet des objets proposent des solutions accessibles et peu honnéreuse pour concevoir rapidement des systèmes mécaniques et électroniques. En équipe de deux ou trois, les élèves ont cinq demi-journées pour créer un dispositif expérimental répondant à un besoin d'une équipe de recherche avec l'aide de ce liue hors du commun qu'est la Fabrique.

Encadrant : Pierre-Eymeric Janolin.

 

Techniques de pointe

Les élèves consacrent deux journées consécutives sur un projet en salle blanche ou une mesure de résonance magnétique nucléaire. Cette activité permet aux étudiants de se familiariser avec une thématique et des techniques de physique expérimentale actuelle.

 

 

Le projet d'option

D'une durée de 100h ou 150h, soit deux ou trois semaines à temps plein, le projet d'option se déroule à raison d'une à deux journées consécutives par semaine. Il permet de se consacrer, seul ou en binôme, à une étude concrète approfondie d'une véritable problématique proposée par nos partenaires. Il est l'occasion de s'essayer à un domaine de la physique et de prendre des contacts en vue d'orienter sa recherche de stage.

 

 

Le stage

Enfin, la formation se termine par le stage de fin d'études, où pendant six mois, en industrie ou en laboratoire, les élèves mettent en oeuvre leurs apprentissages avant d'entamer leur vie professionnelle.

Promo 1718
La glorieuse promotion 2017-2018

Les électifs

Ils permettent aux élèves de colorer leur formation ou de s'ouvrir à de nouveaux domaines. Chaque électif comporte 24 heures d'enseignement et les élèves en choisissent cinq.

 

Des étoiles aux planètes

Pourquoi les étoiles brillent elles ? Quel est leur destin ? Ont elles toujours existé ? Pourquoi trouve t'on des planètes autour d'une fraction si importante d'étoiles ? Comment se forment les planètes ?  Quelles sont les conditions d’apparition de la vie sur une planète ?
Ce cours s’intéressera l’évolution stellaire de la naissance à la mort des étoiles, avec une emphase particulière sur la formation des planètes, l'interaction de celles-ci avec leur étoile hôte touchant aux concept de la météorologie spatiale ou encore de l'habitabilité. Nous aborderons les aspects théoriques de ces questions mais aussi ceux qui relèvent des observations, toujours en restant à un niveau relativement élémentaire mais en insistant sur la compréhension des phénomènes en jeu. L’une des particularités de ce cours est de brasser de nombreux thèmes de physique (physique nucléaire, physique statistique, gravitation, relativité restreinte, magnéto-hydrodynamique, interaction matière rayonnement, thermodynamique, héliosismologie) et une large gamme de phénomènes.

Responsables : Sacha Brun et Éric Pantin.

 

Dynamique des fluides ; instabilités, chaos et turbulence
  • Comprendre et pouvoir modéliser les écoulements turbulents rencontrés dans la nature et dans les applications industrielles (échelles caractéristiques, distribution spectrale de l’énergie, différents types de modèles, ..)
  • Analyser les mécanismes physiques à l’origine des instabilités dans les fluides.
  • Savoir manipuler des outils interdisciplinaires comme l’analyse de stabilité, l’étude de systèmes dynamiques (bifurcations, chaos,..).

Responsables : Anouar Soufiani.

 

Light Waves In Complex Media: From Biological Tissues To Cold Atoms

Light scattering in complex media prevents the use of standard imaging techniques such as conventional microscopy. Nevertheless, “seeing through scattering media” is a major challenge in various areas, such as biomedical imaging, soft matter, or the characterization of paints. Original approaches have been developed in the past twenty years, leading to novel protocols for the detection of objects and the imaging of turbid media in the multiple scattering regime.
The lecture introduces the basic physical concepts for the understanding of wave propagation in disordered scattering media, presents modern imaging techniques in these environments, and shows how to take advantage of the degrees of freedom of complex systems to achieve new functionalities.

Cours offert par le M2 Optique, Matière à Paris.

Responsable : Romain Pierrat et Arthur Goetschy.

 

Milieux hors équilibre-plasmas

L’objectif de ce cours est d’acquérir les notions de base permettant d‘appréhender les milieux plasmas ainsi que les milieux hors équilibre qui interviennent dans de nombreuses applications aussi bien technologiques (démonstrateur de fusion ITER, combustion assistée par plasma, contrôle d’écoulements, médecine plasma, rentrée atmosphérique,...) que naturelles puisque les plasmas

Responsables : Marie-Yvonne Perrin et Christophe Laux.

 

Matériaux pour l’Energie

Actuellement, nous faisons face à une demande globale d’énergie en croissance rapide : son coût est à la hausse et il est donc impératif de trouver de sources relativement bon marché et de méthodes de production efficientes. Dans ce contexte, les découvertes récentes en sciences des matériaux sont à la base de l’importance croissante des matériaux dits fonctionnels. Ces matériaux vont permettre des progrès technologiques importants puisque les systèmes de haute technologie utilisent ces matériaux et ils sont à la base de la création d’activité dans les pays les plus développés.

Ce cours a pour objectif de donner un aperçu des développements actuels dans certains domaines majeurs liés à la production de l’énergie. Pour chacun des sujets, le cours sera assuré par un expert actif dans la recherche sur ces matériaux.

Responsables : Gianguido Baldinozzi.

 

Magnétisme et supraconductivité

Magnétisme : Clarifier les concepts de base du magnétisme des matériaux. Comprendre les effets de transport dépendant du spin. Découvrir les phénomènes de magnétisme liés à l’échelle nanométrique : magnéto-résistance géante des multicouches, effet tunnel d’électrons polarisés en spin, vannes de spin, nanoparticules magnétiques, transfert de spin. Prendre conscience des enjeux technologiques : capteurs magnétiques, enregistrement, mémoires M-RAM, génération d’oscillations hyperfréquence, etc.

Supraconductivité: Comprendre les mécanismes fondamentaux de la supraconductivité « conventionnelle » des métaux et principaux alliages (NbTi, Nb3Sn, ....) supraconducteurs à basse température. Etudier leurs applications pour la production de forts champs magnétiques utilisés en Imagerie par Résonance Magnétique, pour les grands accélérateurs de particules (CERN) et le confinement d’un plasma (Projet ITER). Comprendre l’effet Josephson, le principe d’un SQUID et des applications à la mesure de faibles champs magnétiques (de l’ordre du pico-Tesla.).

Introduction aux nouvelles céramiques supraconductrices à haute température critique. Enjeux théoriques : quelques idées élémentaires seront introduites, sans entrer dans les détails des différents concepts qui sont encore loin d’avoir obtenu l’unanimité de la communauté scientifique. Perspectives d’utilisation de ces nouveaux supraconducteurs.

Responsables : Eric Vincent et Fraçois Ladieu.

 

Nanoparticules en biologie

Les nanoparticules sont devenues un outil incontournable pour la biologie, que ce soit en imagerie, vectorisation ou thérapie par exemple. L’objectif de ce cours est de permettre aux étudiants d’acquérir une vision d’ensemble des applications en biologie des nanoparticules. Ils seront d’abord initiés aux méthodes de synthèse et de caractérisation physico-chimique des nanoparticules. D’autre part, leurs applications en biologie seront abordées afin de montrer l’apport supplémentaire de ces nouveaux objets. Pour cela, les connaissances de base sur la vectorisation de médicaments, la thérapie et l’imagerie seront apportées. Ensuite, les apports des nanoparticules seront présentés ainsi que les processus physiques mis en jeu. Pour prendre en compte les contraintes pour une application en biologie, la biodistribution et toxicité des particules seront analysées. Un point sera également fait sur les perspectives

Responsables : Emilie Brun, Marie Erard, Cécile Sicard.

 

Nanosciences et Nanotechnologies

L’objectif du cours est de donner aux élèves des connaissances de base en nanosciences et nanotechnologies. Certains aspects seront particulièrement approfondis afin d’illustrer les propriétés et les applications liées au confinement à l’échelle nanométrique.

Le cours aborde certaines techniques d’élaboration de nanostructures. Une introduction aux phénomènes physiques à l’échelle nanométrique et leurs applications est présentée, avec un accent sur l’énergie, les phénomènes de transport, la photonique. Les aspects fondamentaux sont exposés et placés dans une perspective d’applications.

A l’issue de ce cours, les élèves auront une vue d’ensemble des enjeux, phénomènes, méthodes et applications liés aux nanosciences, et seront à même de transférer les connaissances acquises vers d’autres aspects non abordés durant le cours.

Responsables : Bruno Palpant, Thomas Antoni.

 

Particules et symétries

Domaine de la recherche fondamentale, la physique des particules élémentaires s'attache à décrire les interactions entre particules et champs et trouve par conséquent des applications dans tous les domaines de la physique impliquant électromagnétisme, physique nucléaire, interaction lumiè-matière etc...
L'objectif de ce cours est de donner des notions de théorie quantique des champs permettant de comprendre la construction du modèle standard de la physique des particules. Seront abordées les trois interactions fondamentales pertinentes : électromagnétique, faible et forte. Le modèle standard dans son ensemble sera présenté, en insistant sur la partie électrofaible et donc sur le boson de Higgs, récemment observé au CERN.

Responsables : Nathalie Besson et Jean-Marc Le Goff.

 

Structure électronique : méthodes avancées

Expliquer comment on met en œuvre une moderne méthode « ab initio » de calcul de la structure électronique. Notamment on discutera :

  • Comment on peut prendre en compte l’interaction entre les électrons au moyen de la théorie de la fonctionnelle de la densité (DFT)

  • Comment la méthode des pseudopotentiels permet d’utiliser les ondes planes comme ensemble de base afin de calculer la structure de bandes d’un cristal. 

Responsable : Pietro Cortona.

 

Théorie Quantique des Champs

Quantum Field Theory (QFT) is the language describing physical systems with in- finitely many degrees of freedom. It has numerous applications in particle, statistical or condensed matter physics. Its achievements are impressive, with Quantum Electro Dy- namics (QED) being presumably the most accurate existing theory. It is the conceptual framework of the Standard Model of particle physics, which successfully describes all known phenomena related to the electromagnetic, weak and strong interactions.

Born during the first half of the 20th century, QFT reached modern physical unders- tanding only near the end of the 1970s. It can be seen as an algorithm providing testable predictions with systematically improvable accuracy. However the formal description of this algorithm does not meet yet the standard of mathematical rigor. Important physical questions have also been left unanswered so far, like the reasons for the short range of the strong interaction, or the confinement of quarks inside protons and neutrons. The CLAY Mathematical Institute identified the quest for a detailed understanding of QFT as one of the 7 key problems that should drive mathematical research during the 21st century. Solving this problem requires new mathematical and physical ideas.
The course introduces the basic type of fields playing an important role in particle and nuclear physics : scalar, spinor, and vector, and discusses their quantization. Relativistic invariance and gauge symmetry are treated in the Lagrangian framework. A perturbative approach dealing with interacting fields is developed, and the role of Feynman diagram is explained. The path integral formalism is introduced. The course ends with the computa- tion of certain scattering processes involving electrons, positrons and photons in QED.

Responsable : Hervé Moutarde.

 

Topics in Mathematical Physics

The objective is to cover a broad range of topics at the expense of giving an in-depth treatment to only a small handful of them. We will introduce and discuss: quantum optics and mechanics from a symplectic geometric point of view, Riemannian geometry and general relativity, connections on fiber bundles and the standard model for particle physics, and applications of algebraic topology and category theory in physics.

Responsable : Igor Kornev

Suivre un M2 en parallèle de l'Option PA

Il est donné la possibilité aux élèves de valider un Master recherche en parallèle de leurs cours d'option. Pour cela, les étudiants suivent, par rapport aux autres :

  • des cours de Master à l'extérieur une journée par semaine,
  • des compléments aux cours du tronc communs de l'option.

Quatre masters leurs sont ouverts.

Le master Nanosciences

La formation vise à offrir une formation d’excellence dans le domaine des nanosciences. Elle s’appuie sur les compétences présentes dans les laboratoires des structures de recherche de Paris-Saclay ainsi que sur les plateformes technologiques existantes. Elle constitue une offre ambitieuse et structurante, avec trois options possibles - Nanophysique, Nanodispositifs et Nanotechnologies et International track in nanosciences (en langue anglaise) - avec différentes approches s’appuyant sur la physique fondamentale, la physique appliquée, les sciences et technologies de l’information et les nanobiosciences.

Ce master regroupe :

  • l'Université Paris-Sud,
  • l'ENS Paris Saclay,
  • l'Institut d'Optique Graduate School,
  • l'École Polytechnique,
  • CentraleSupélec,
  • et l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Trois parcours sont proposés :

  • Nanophysique,
  • Nanodispositifs et Nanotechnologies,
  • et International track in Nanosciences (parcours international.)

Pour en savoir plus : la page du master Nanosciences

Le correspondant du master Nanosciences pour CentraleSupélec : Thomas Antoni

Le master Sciences Thermiques

(sous réserve)

Il s'inscrit dans la mention "Énergie" du master "Sciences pour l'ingénieur" de l'École Centrale Paris.

La spécialité a pour but de former au plus haut niveau de futurs doctorants ou ingénieurs, qui entreprendront des travaux fondamentaux et appliqués, dont les retombées concerneront, tant dans les voies actuelles que dans les voies du futur, les applications suivantes : 1) en transferts (transferts thermiques avancés, transferts turbulents, transferts en milieux poreux, transferts en écoulements diphasiques, rayonnement des milieux denses et des gaz, etc.) et 2) en milieux réactifs (combustion, éventuellement plasmas) et techniques associées (turbomachines, etc.)

Plus d'informations sur la page dédiée.

Le master Physique des Plasmas et de la Fusion

Le parcours de master Physique des Plasmas et de la Fusion associe en Ile-de-France plusieurs Universités et Écoles d’Ingénieurs accrédités par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche : l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC) et l’Université Paris-Saclay (UPSay), dont les établissements opérateurs sont : l’Université Paris Sud, l’Ecole Polytechnique (X), Centrale-Supelec et l’Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires (INSTN).

Le parcours « Physique des Plasmas et de Fusion (PPF) » a pour vocation la formation de physiciens de très haut niveau dans le domaine des sciences et de la technologie des plasmas. Le plasma – quatrième état de la matière – joue un rôle croissant dans notre société où les applications sont de plus en plus nombreuses ; allant des plasmas naturels aux plasmas froids de procédés, des plasmas de fusion à l’interaction laser-plasma. Il intègre les approches théoriques, de simulation et d’expérimentation au sein de laboratoires de recherche et auprès de Grands Instruments du territoire national : Tokamaks ITER et WEST, lasers de puissance LMJ, Apollon, Petal, Laser X, machines pulsées, missions spatiales telles Solar Orbiter, Magnetospheric Multiscale Mission (...)

Pour en savoir plus : la page du master PPF

Le correspondant du master PPF pour CentraleSupélec : Christophe Laux

Le master Biophysique

(sous réserve)

Commun à l'Université Pierre et Marie Curie (Paris 6) et Paris Diderot (Paris 7), ce master peut être suivi par les élèves de l'option dans le cadre d'un parcours spécifique faisant l’objet d’une convention entre le Master et l’option.

Le site du master.

Les débouchés

Activités des anciens de l'option sortis entre 2003 et 2016.

Débouches

Foire Aux Questions

Je n'ai suivi qu'un seul électif en Physique de toute ma scolarité, j'aurais trop de lacunes ?

De par la nature généraliste des deux premières années du cursus c'est le cas de beacoup de personnes. Cela ne pose pas de problème, les cours du tronc commun permettent se mettre à jour. Pour les mêmes raisons ce n'est absolument pas un problème de ne pas avoir eu une expérience solide en physique en S8 ou en césure.

Je viens d'une autre École Centrale, puis-je suivre l'option Physique et Applications ?

Absolument, si votre établissement d'origine vous y autorise.

Est-ce que l'on fait forcément de la recherche après l'option Physique et Applications ?

Non. Comme le montre l'étude présentée sur ce site, seul un tiers des élèves passés par PA travaillent dans le secteur de la recherche (académique ou privé).

Je n'ai pas majoré le CF de Physique Quantique, donc cette option n'est pas pour moi ?

Même s'il est évident qu'une certaine appétence pour la Physique est nécessaire pour suivre l'option, les élèves de tous niveaux sont les bienvenus à condition d'être motivés.

Je me suis éclaté pendant mes études mais j'ai parfois le regret de ne pas avoir eu le temps de faire suffisament de science ?

Même si vous n'envisagez pas forcément de dédier votre carrière à la Physique c'est certainement la dernière occasion pour celles et ceux qui le souhaitent de se consacrer pleinement et dans de bonnes conditions aux sciences fondamentales.

Quel volume de travail est attendu ?

Il y a en moyenne 20 heures de cours par semaine à l'emploi du temps. C'est moins qu'au lycée et environ la moitié de ce qui vous attend dans la vie professionnelle.

J'envisage de faire une thèse en physique, dois-je passer par l'option PA ?

Il y a un certain nombre de choses qui ne s'inventent pas, comme par exemple les lois de la Physique. Il paraît donc audacieux de vouloir se lancer dans une thèse en Physique sans un bagage solide dans la matière. De plus, même si cela n'est pas nécessaire pour postuler en thèse, l'option PA est aménagée pour permettre de suivre un M2 en parallèle, ce qui est un plus pour un dossier de candidature. Enfin, on trouve généralement son stage ou sa thèse grâce aux intervenants que l'on a rencontré pendant l'année.

J'ai d'autres questions ?

N'hésitez pas à contacter Thomas Antoni au 01 75 31 68 37 ou à l'adresse thomas.antoni@centralesupelec.fr .